Liberez les COLONIES de la France de 2014

Je viens de tomber sur un article qui m’a mis dans une fureur epouvantable.

**********************

Abrogation du Concordat Alsace – Moselle. ‘’sœur Anne’’ ne voit toujours rien venir…

 Il n’est pas question ici de se faire le chantre de l’athéisme, de s’en prendre à telle ou telle religion, de remettre en cause les amendements de la loi de 1905 qui autorise l’entretien des bâtiments religieux sur fonds publics ou de contester le classement d’églises, cathédrales ou autres bâtiments religieux comme monuments historiques. Il s’agitsimplement de rappeler une logique de Droit constitutionnel, mais aussi de souligner certaines dérives d’interprétation par rapport à des opérations de financement cultuelles par fonds publics.

Article 1er de la constitution : La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.

Historique :

Lorsque la loi de 1905 a été promulguée, les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin (Alsace) et de la Moselle (Lorraine)  étaient annexés par l’Allemagne. Depuis la récupération de ces régions celles-ci sont restées sous le régime de la loi du 18 Germinal an X, comprenant la loi du Concordat de 1801. De fait, c’est bel et bien l’État Français laïque qui, conformément à la loi de 1905, ne reconnaissant, ne salariant ou ne subventionnant aucun culte, désigne deux évêques, celui de Strasbourg et celui de Metz. Pire encore c’est toujours cette même république Laïque qui y paie les salaires des prêtres.

Les notions de “sphère publique” et de “sphère privée” sont établies dans la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’Etat.
Article 1 : “La République assure la liberté de conscience et garantit la liberté des cultes.”
Article 2 : “La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte.”
C’est bien la République qui est laïque. En conséquence tous les pouvoirs publics doivent respecter le principe de laïcité, fondé sur trois exigences indissociables : liberté de conscience, égalité de tous les citoyens, visée de l’intérêt général, héritées de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 Août 1789.

Par la grâce du concordat, séquelle jamais effacée de la défaite de la guerre de 1870, Avec une population aux 2/3 athée ou agonistique, la France s’acquitte néanmoins de ce qui s’assimile à un impôt de religion. Elle consacre un budget au paiement des salaires et des pensions des ministres des quatre cultes reconnus par le Concordat (catholique, Protestants luthérien, réformé et israélite). La religion est par ailleurs obligatoirement enseignée à l’école primaire et au collège. Mais il y a plus aberrant, en matière de liberté d’expression, il existe toujours un délit de blasphème en Alsace – Moselle, alors que le droit pénal français ne le prévoit pas. 

La République rémunère 1393 ministres de 4 cultes reconnus (Catholique, Protestant luthérien et réformé, et Israélite), ils sont indemnisés par l’État (Ministère de l’Intérieur). Suite à l’accord LANG- COUPET de 1993, leur rémunération est alignée sur celle de la Catégorie A de la fonction publique et ils peuvent bénéficier des indemnités chômage (ASSEDIC). 

Ces rémunérations représentent 58 millions d’euros auxquels s’ajoutent 2 millions d’euros annuels pour l’entretien des bâtiments. Si les évêques de Metz et de Strasbourg sont nommés par décret du Président de la république, après accord du Vatican (Unique dans les annales, c’est le dernier Chef d’Etat au monde à nommer des évêques.), Il faut également rappeler que le concordat prévoit le contrôle de l’état sur la nomination des prêtres, rabbins et pasteurs, ce que l’état ne fait pas forcément, curieux concordat à géométrie variable ?…

 

Compatibilité constitutionnelle un comble !…

Le conseil constitutionnel a curieusement rejeté la question prioritaire de constitutionnalité soulevée par l’association pour la promotion et l’extension de la laïcité (APPEL).
Les lois de la république devaient être appliquées sur l’ensemble du territoire français, on s’étonne que le conseil constitutionnel justifie par son surprenant rejet une telle violation des lois fondamentales de la République.

En principe, notre laïcité a un grand mérite, car elle épargne les budgets publics de la sphère privée, nous sommes donc dans un régime de séparation, qui est l’un pilier de notre République. On n’imagine tout de même pas que l’argent public, collecté et géré par le fisc, soit affecté à la pratique des cultes, ce qui serait incompatible avec la loi de 1905 !

Et pourtant, c’est bien ce qui se passe. Un très documenté article du journal La Croix de Janvier 2011 a fait le point sur les dépenses publiques consacrées à la religion. Rien que pour la Ville de Paris, ça ce chiffre en dizaine de millions d’euros : 80 millions d’euros pour l’entretien des édifices cultuels de 2001 à 2007, et 53 millions d’euros pour le mandat en cours. Danielle POURTAUD, l’adjointe PS en charge du patrimoine, est toute fière de cet engagement public : « C’est plus du double des crédits accordés sous le mandat de Jean Tiberi, de 1995 à 2001, qui s’élevaient à 25 millions d’euros ». Encore et toujours de la surenchère … Dernière possibilité, Par un tour de passe – passe Juridique entre notion d’entretien des bâtiments et la réalisation de travaux lourds qui sont à effectuer : classer l’église comme monument historique. Là, c’est l’Etat, autrement dit le contribuable qui est mis à contribution. Exemple avec la restauration de l’église Saint-Sulpice à Paris. Un chantier de 28 millions d’euros, pris en charge à 50 % par la Ville, propriétaire, et à 50 % par l’État pour ce monument historique.

Comme le fait observer, entre autre, le Dr. Jean BRIERE du MEI à Lyon dans l’une de ses déclarations publiques : « Il est inévitable que les musulmans demandent, à juste titre, en Alsace- Moselle de bénéficier du concordat, car sur le plan du droit il est impossible de traiter d’une manière inégalitaire la religion musulmane. De même que pourraient le faire les Boudhistes, les Shiks et les pratiquants en France de bien d’autres religions » La France subventionnant les écoles juives et chrétiennes « devrait nécessairement subventionner les madrassas Wahabites comme elle subventionne les écoles Loubavitchs. On ne peut que s’attendre à un recours qui serait justifié, des organisations musulmanes auprès de la cours européenne des droits de l’homme ». Quand on sait que nos grands amis du Qatar qui financent les terroristes Islamistes dans certains pays vont pouvoir investir dans les banlieues…Bonjour les dégats…

Seule la laïcité, qui se doit de traiter d’une manière juste et équitable les religions qui ont des pratiquants en France, peut assurer la coexistence paisible de tous les citoyens Français croyants ou pas. Elle doit également éviter la violation du droit du travail et les discrimination sexiste. L’état français rémunérant les prêtres, comme les fonctionnaires, il est anormal que l’église catholique viole le droit du travail dès lors que seules les personnes de sexe male peuvent être prêtre.

Union sacrée, avec surenchère en république ‘’laïque’’ Sarkhollandaise…

On se souvient des déclarations de SARKOZY dans ses fonctions de chanoine au Latran le 20 déc. 2007 : « l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur » ou encore… « Les racines de la France sont essentiellement chrétiennes…La laïcité ne saurait être la négation du passé. La laïcité n’a pas le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes. Elle a tenté de le faire. Elle n’aurait pas dû ». Le même SARKOZY qui « encourage les prêtres à donner de la voix dans la vie publique » lors d’une réception à l’Elysée d’un groupe de prêtres qu’il a invité à déjeuner la veille de Noël 2011. (Campagne électorale obligeant…)

Mais pour ne pas être en reste, si l’on examine parmi les « soixante engagements pour la France » du candidat socialiste, François HOLLANDE la proposition – 46 – à de quoi surprendre : « Je proposerai d’inscrire les principes fondamentaux de la loi de 1905 sur la laïcité dans la Constitution en insérant, à l’article 1, un deuxième alinéa ainsi rédigé : « La République assure la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et respecte la séparation des Eglises et de L’État, conformément au titre premier de la loi de 1905, sous réserve des règles particulières applicables en Alsace et Moselle ».

Vouloir inscrire une exception territoriale dans un pays qui est une république indivisible est pour le moins attentatoire à la logique des droits constitutionnels les plus élémentaires.

A noter que nous ne serions pas à une contradiction près par rapport à la constitutionnalité de la laïcité, puisque de par sa fonction, le Président de la République assume des titres religieux hérités de la monarchie, que soit dit en passant Nicolas Sarkozy, a tous accepté d’assumer pendant son mandat. Chanoine de Savoie. Proto -Chanoine d’Embrun, Chanoine Honoraire de Saint-Jean de Latran, Chanoine d’Honneur de Saint-Jean de Maurienne.

Pour lutter contre ces dérives, il est urgent de rappeler que la laïcité est une démarche positive et éducative, que c’est un principe fondateur du projet républicain, permettant à tous les citoyens de bien vivre pacifiquement leurs différences.
Il faut également rappeler que la laïcisation de la France a été déterminante dans les domaines suivants : registre d’Etat Civil, école publique, mariage civil, PACS et Mariage pour tous, divorce, contraception, droit à l’avortement, lois de bioéthique, indépendance de la recherche scientifique, liberté de l’art et de l’écriture …

Pour mettre un terme à cette ineptie constitutionnelle, Il est indispensable d’abroger une bonne fois pour toute le concordat d’Alsace Moselle… IL ne peut y avoir deux logiques contraires qui s’appliquent au sein de la République.  La loi de 1905 doit être la norme unique qui doit s’imposer à tout le territoire de la République, y compris en Alsace Moselle.

Mais ‘’sœur Anne’’ regarde toujours et elle ne voit toujours rien venir… 

**************

Ma reponse musclee suit:

Ce n’est pas aux Alsaciens-Mosellans de decider de la disparition ou existence de leur region, c’est a PARIS.

Ce n’est pas aux Alsaciens-Mosellans de decider du financement du biluinguisme a l’ecole c’est a PARIS.
Si PARIS decide que les enfants ne doivent maitriser que le Francais, ils doivent s’y plier.

Ce n’est pas aux Alsaciens-Mosellans de decider de la conservation de leur droit particulier, c’est a PARIS.

Imaginez vous maintenant SINCEREMENT comment vous reagiriez si le Canada anglophone agissait de cette facon evers le QUEBEC.

Jacobins, vous vous comportez envers nous comme des COLONS.
Jacobins, votre intransigeance, bigotterie et injustice n’a rien a envier a celle des fondamentaliste religieux.

Je HAIS passionnement la ripoublique franco-francaise qui est le seul pays soi-disant democratique de l’Europe a refuser a ses minorites regionales LE DROIT de survie.

Vous etes une HONTE pour l’Europe occidentale. Vous vous conduisez comme des colonialistes arrieries avides de dominance.

C’est a nous de decider si nous conservons notre droit local par rapport aux religions ou non.

C’est du FASCISME pur et simple de nous imposer MALGRES NOUS de faire partie de votre “Republique Une et Indivisble” dont ne nous voulons pas.

Je suis pour une FRANCE FEDERALE a l’exemple de l’Allemagne et de la Suisse.

Si cela n’est pas possible, LAISSEZ NOUS PARTIR. Et fetez votre laicite franco-francaise au tant que vous voulez A PARIS.

Si vous haissez la particularite de l’Alsace, Moselle, Corse, Bretagne, Pays Basque… et ben laissez nous l’INDEPENDANCE !

J’espere que l’Histoire se souviendra de vos GENOCIDES CULTURELS !

Elsass-Lothringen frei !

Tout ceux qui s’ont d’accord devraient me rejoindre pour mon projet de petition internationale afin que l’Alsace ait le droit a un referendum sur sa disparition.

De l’importance de l’allemand / Von der Wichtigkeit der deutschen Sprache

J’ai trouve ce message vraiment interessant d’une grand-mere degoute par la disparition de l’alsace.

J’ajouterais cela:

8) j’acheterais a mes petits enfants (ou enfants) beaucoup de livres, jeux videos et films en allemands car c’est la langue standard ecrite de l’alsace.

Qui plus est, s’ils maitrisent l’allemand ils n’auront pas de mal a apprendre l’alsacien!

Il est temps de se separer de la conviction que l’allemand serait seulement la langue d’Hitler.

Je suis persuade que la SURVIE du biluinguisme en Alsace et dans ma moselle natale ne passera que par l’IMMERSION des enfants dans la langue allemande.

La litterature en dialecte est bien trop limite pour pouvoir accomplir ce role.

En allemand il existe un choix quasiment INFINI de livres, films, documentaires, jeux videos… Il y en vraiment POUR TOUS LES GOUTS, contrairement aux livres en alsacien et lorrain

Soyons un peu realiste et pensons a l’avenir.

Les Jacobins veulent nous DETRUIRE et ne laisser que nos cendres

(Je suis en angleterre si bien qu’il m’est difficiler de taper les accents).

Je viens de lire quelque chose qui m’a mis dans un colere noire:

************************************************

VOTEZ – Faut-il remettre en cause le Concordat ?

Mardi 09 décembre 2014 à 11h07

Le Grand-Orient de France fait ce mardi 25 propositions pour renforcer la laïcité, parmi lesquelles la sortie progressive du régime concordataire en Alsace-Moselle

Religions 

Renforcer la laïcité. C’est ce que souhaitent les francs-maçons du Grand-Orient de France. Ils font ce mardi 25 propositions en ce sens : modification de la Constitution, actions pédagogiques, interdiction des signes religieux à l’université et pour les accompagnateurs de sorties scolaires, et… sortie progressive du régime concordataire propre à l’Alsace-Moselle.

Crèches de Noël

Un jour loin d’être choisi au hasard : ce mardi 9 décembre marque l’anniversaire de l’adoption de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat. “La laïcité doit bénéficier d’une promotion volontariste et sans faille”, déclare le Grand Orient de France par communiqué, alors que des crèches de Noël prennent place en ce moment et comme chaque année dans certains bâtiments publics.

“Pacte républicain”

Le principal groupe maçonnique français veut donc renforcer les règles en la matière, au nom du “pacte républicain”. Le Concordat propre à notre région, né sous Napoléon en 1801, est notamment visé, à travers le financement public des cultes, les cours de religion à l’école et dans le secondaire, ainsi que le fameux “délit de blasphème”.

L’Observatoire de la laïcité planche en ce moment sur la question. Un rapport doit être rendu dans quelques semaines.!”

***************************************

Je suis moi-meme un Chretien progressiste. Pour moi, la lacitie signifie que l’etat doit etre impartial par rapport aux visions du monde (Weltanschauungen – Worldviews, ce qui comprend a la fois les religions et les diverses formes d’atheisme) et que personne ne doit etre discrimine a cause de sa croyance.

En d’autre mots, je crois que laicite = neutralite de l’etat.

Mais la laicite franco-francaise signifie bien autre chose. Toutes les religions doivent etre tenues a l’ecart de la sphere public ou l’atheisme militant, lui, est tolere.

Si l’Alsace-Moselle devait basculer dans cette version de la laicite, je pense que cela ne devrait se faire qu’APRES un referendum local.

Mais cela ne sera pas possible.

Bientot, l’Alsace et la Moselle seront part d’une super-region ou les departements seront supprimes.

Supposons que la grande majorite de l’Alsace veulent un enseignement biluingue mais que les Champenois et Lorrains n’en veulent pas.

Comme les derniers sont bien plus nombreux que les premiers, il sera completement suprimme ou etoufe.

Mais maintenant posez vous la question suivante:   est-il normal que les champenois votent sur des questions concernant la survie de la culture et particularite alsacienne et moselanne?

Avant de repondre, considerer une question similaire: est-il normal que les canadiens anglophones votent sur des questions concernant la survie de la culture et particularite du quebec francophone? 

COMMENT pouvez vous repondre NON a la deuxieme question mais oui a la premiere?

La meme chose est valable par rapport a la place des religions sur nos terre.

Ma vision de l’etat francais n’a jamais ete tres elogieuse.

Mais maintenant, je pense vraiment que beaucoup d’aspects relevent du totalitarisme.

Considerez la suite des evenements dans les derniers mois.

1) Il est quasiment certain que la dissolution des departements alsaciens et de la moselle dans une mega-region conduira a la disparition de leur identite germanique pour les raisons que j’ai mentionnee en haut.

2) La grande majorite des Alsaciens refusent la fusion

3) Le gouvernement dit: “Ce n’est PAS a vous de decider de votre propre avenir”

4) Pour eviter l’accusation de violer le droit des peuples de disposer d’eux meme, le premier ministre repond simplement: “Il n’y a PAS de peuple alsacien!”.

5) Un depute UDI dit clairement qu’il veut dissoudre l’Alsace (contre la volonte des alsaciens) avant tout pour les empecher de devenir plus autonomes.

6) Durant les nombreuses manifestations d’Alsacien indignes, des policiers demandent aux manifestants d’enlever les drapeaux de leurs regions

7) Afin d’empecher une manifestation, un prefet INVENTE DE TOUTE PIECE des casseurs d’extreme droites sans nous donner la moindre preuve de leur existences.

8) Avant meme le debut de la dissolution, ils prevoient deja en avance comment detruire certain elements de notre droit Germanique de telle maniere que les principaux concernes ne pourront s’y opposer.

Lorsque je raconte tout cela a des amis anglais, hollondais ou allemands, tous me dit que cette attitude est clairement celle d’un ETAT FASCISTE cherchant a detruire une culture et identite en l’assimillant de force. Un Espagnol le compara meme a l’attitude de Franco envers les Catalans.

Il est absolument anormal qu’en 2014 un des principaux Etats de l’Europe meprise les droits des peuples et VIOLE la volonte affichee de regions et departements refusant leur reforme.

Maintenant la coupe est pleine. Je me considere  que les Jacobins nous ont declares la GUERRE par leurs actions.

Je pense que nous devons les combattre par tous les moyens sauf la violence.

Laissez moi maintenant enfeindre la laicite en citant l’Evangile.

Matthieu 5.43. Vous avez entendu qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.

44 Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent.

45 Alors vous serez fils de votre Père qui est dans les cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.

46 En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez–vous ? Les péagers aussi n’en font–ils pas autant ?

47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites–vous d’extraordinaire ? Les païens aussi, eux–mêmes, n’en font–ils pas autant ?

48 Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

Et enfreindre le dogme de la langue unique de la Republique francaise en le citant en allemand:

“„Ihr habt gehört, dass gesagt worden ist: Du sollst deinen Nächsten lieben und deinen Feind hassen. Ich aber sage euch: Liebt eure Feinde und betet für die, die euch verfolgen, damit ihr Söhne eures Vaters im Himmel werdet; denn er lässt seine Sonne aufgehen über Bösen und Guten, und er lässt regnen über Gerechte und Ungerechte. Wenn ihr nämlich nur die liebt, die euch lieben, welchen Lohn könnt ihr dafür erwarten? Tun das nicht auch die Zöllner? Und wenn ihr nur eure Brüder grüßt, was tut ihr damit Besonderes? Tun das nicht auch die Heiden? Ihr sollt also vollkommen sein, wie es auch euer himmlischer Vater ist.“ (Mt 5, 43-48)”

Je pense que pour beaucoup de Chretiens, l’amour pour nos ennemis est l’un des plus difficiles commandements du Christ. Mais il est aussi magnifique et noble comme beaucoup de non-Chretiens telle que Ghandi l’ont reconnu.

Je ne pense pas qu’il soit une bonne chose d’ hair le premier ministre Valls en tant que personne.

Je deteste son ideologie fascisante concernant le droit des peuples mais je ne suis pas en position de dire que je suis globalement un meilleure etre humain que lui.

Je pense que la maniere la plus noble de combattre l’ideologie jacobine consiste a hair les erreurs et mefaits de nos ennemis sans les detester en tant que personnes.

Tous les vraix amoureux de la liberte, egalite et fraternite (qu’importe qu’ils soient religieux, athees, Alsciens, Lorrains, Breton, Savoyards, Corse) devraient s’allier pour lutter contre la bete immonde connue sous le nom de “Jacobinisme”.

Si nous allions nos forces nous avons peut-etre une chance de gagner la bataille epique qui nous attend.

Une bataille pour notre liberte.

Vous etes vraiment encourages a joindre mon groupe sur facebook.

Une nouvelle absurdite Jacobine / A näiie jakobinische Absurdität

A näiie jakobinischi Absurdität

Regardez cette video du depute “Alsacien” Bies.

Lut äich mol ‘s Video do vom “elsässische” Abgeordnete Bies on.

Les Allemands sont TOUJOURS des Nazis opposes a la France? Mais ou et quand il vit celui-la?
So de Däitsche sin IMMER NOCH Nazis, de geje Fronkräich kämpfe?Awer wu un wonn lewt de Kerl?
Je suis tres fier de mes racines germaniques mais je ne sens pas allemand.
Ich bin sehr stolz uf mieni germonischi Urspringe awer ich fihle mich nit “däitsch”.
Je veux  une Alsace-Lorraine au sein de la France ou la langue de nos ancetre est respecte et enseigne aux enfants a travers des classes biluingues.
Ich will e Elsass-Lothringen in Fronkräich, wu de Sproch von unsera Vorfahre respektiert wert un durch zwosprochige Klasse denne Kinner bigebrung wert.
C’est la raison pour laquel je m’oppose a cette nouvelle “grande region”.
Us ‘em Grunn do bin ich geje de näie “grosse Region”.
Avec seulement une minorite de voix, les Alsaciens ne pourront jamais faire valoir leur droit et le financement du biluinguisme sera retire.
Mit numme e Minnerhet von de Stimme wert’s fir de Elsässer nie meh mächlich sin, ihre Rechte gelte ze losse. Un so wert de Finanzierung von de Zwosprochigket ufhere.
Pourquoi la republique Francaise combat-elle encore avec voracite les langues regionales?
Warum bekämpft de fronzeschi Republik immer noch so mitleidlos de regionali Sproche?
La reponse est tres simple.
De Ontwoat isch gonz einfach.
Colonialisme, supremacisme ethnique et haine de l’etranger. En 2014.
Kolonialismus, ethnische Supremazismus un Fremdenhass. Im 2014.
Par rapport a cela, l’etat francais est une HONTE pour l’Europe moderne.
Diesbeziglisch isch de fronzesch Staat e SCHONDE fir ‘s moderne Europa.
Cela doit cesser!
‘s muss endlich ufhere!
(Paris saugt unser Blut heraus)
Vive l’Alsace-Lorraine libre!
Elsass-Lothringen frei!

Nein zur völkerrechtswidrigen Auflösung vom Elsass!

Wie alle französischen Regionen mit kulturellen Besonderheiten (Bretagne, Korsika, Nordcatalogne, Baskenland usw.) hat das Elsass sehr schwer an Verfolgungen vom zentralisierten Staat in Paris gelitten.

Heutzutage können nur noch 3% aller Kinder zwischen 3 und 17 Jahren auf Dialekt sprechen. In germanischem Lothringen, woraus ich komme ist die Situation sogar noch viel dramatischer.

Selbstverständlich bedeutet dies das Aussterben des germanischen Erbes vom Elsass, wenn keine Massnahmen dagegen ergriffen werden.

Seit mehreren Jahren bemüht sich der regionale Rat von Elsass darum, Veränderungen in die Wege zu leiten, damit die Zweisprachigkeit einigermassen aufrechterhalten werden kann.

Mit der kürzlich vom zentralisierten Staat erzwungenen Reform des Territoriums wurde es den Elsässern gegen ihren Willen auferlegt, ihre Region mit dem Lothringen und Champagne zu verschmelzen.

fusion-ALCA

Dies wird zwangsläufig dazu führen, dass die Elsässer für immer nur eine Minderheit der Abgeordneten im Rat der neuen Region zur Durchsetzung ihrer spezifischen Interesse haben werden. Rein praktisch wird es beinahe unmöglich sein, die Finanzierung von zweisprachigen Schulen oder von der Bewahrung anderer kulturellen Merkmale fortzusetzen, da die grosse Mehrheit der Abgeordneten von Lothringen und Champagne daran nicht das geringste Interesse haben.

Das ist der wahre Grund, warum so viele Elsässer die Auflösung ihrer Region ablehnen.

Der französische Premierminister Manuel Valls hat betont, dass ein Elsass, das selbstständig bleibt, isoliert wäre.

Valls_Toulouse_2012

Auf eine Frage eines elsässischen Abgeordneten hat er einfach geantwortet:

“Es gibt kein elsässisches Volk sondern nur ein französisches! ….Frankreich ist einzig und untrennbar.”

Dies sollte Aussenstehenden eine Ahnung davon geben, wie “Demokratie” in Frankreich aussieht.

Dass 95% der elsässischen Abgeordneten gegen das Verschwinden ihrer Region gestimmt haben spielt überhaupt keine Rolle.

Denn PARIS entscheidet:

- ob das Elsass überleben darf oder nicht

- ob die sprachliche Besonderheiten vom Elsass durch die Region gepflegt werden dürfen oder nicht

- ob die Elsässer selbst ein Volk bilden oder nicht.

und so weiter und so fort.

Wenn die Elsässer von alemannischer Kultur tiefe Verknüpfungen mit der Schweiz und Deutschland entwickeln wollen ist es eine “Isolierung”.

Aber wenn die Elsässer es akzeptieren, ihre Zweisprachigkeit und ihre Region aufzugeben ist es eine “Öffnung.”

Ein Abgeordneter aus Südfrankreich drückte seine Gedanken sehr klar aus und äusserte seinen Wunsch, das Elsass aufzulösen, damit jegliche autonome Bewegung erwürgt wird.

All das weist eindeutig die Merkmale einer Kolonialmacht auf und keineswegs die einer modernen demokratischen Nation, die den Anspruch erhebt, das “Land der Menschenrechte” zu sein.

Die extrem zentralisierte Struktur des aktuellen französischen Staates verbietet es dem Elsass sowie allen anderen regionalen Minderheiten, ihre Interesse zu verteidigen und ihr kulturelles Erbe vor einem sicheren Tod zu retten.

Aus diesem Grund sind wir DRINGEND auf Hilfe von Anderswo angewiesen.

Deswegen fordere ich alle wahre Liebhaber der Freiheit und der Gerechtigkeit weltweit dazu auf, uns aktiv zu unterstützen.

Ich bereite derzeit eine internationale Petition diesbezüglich vor.

Aber schon jetzt wäre ich Ihnen sehr dankbar, die Medien in Ihrem eigenen Land auf unsere dramatische und ungerechte Situation aufmerksam zu machen.

Nur durch internationalen Druck haben wir eine Chance, mehr Rechte von unserer Regierung zu bekommen.

Mir wolle numme bliewe, was mir sin. Mir hon ‘s Recht, iwer unseri Zukunft selbscht ze dezidiere. Mir gehn ‘s nit akzeptiere, dass unseri Fräihet weggeholt wert.Verdommt noch mol!

Zwangfusion-des-ElsassHomepage

La Franche-Comptee s’herisse aussi

Il est important de realiser que les alsaciens ne sont pas les seuls a etre contre ces fusions de regions imposees par Paris.

Des autres regions traditionellement de dialecte francais ne desirent pas une fusion qu’ils voient (a juste titre!) comme menacant leurs identites.

La France Comptee est un bel exemple.

********

75 % des Francs-Comtois pour un référendum sur la fusion Bourgogne-Franche-Comté

sondage allenbach

Le mouvement Franche-Comté de Jean-Philippe Allenbach a commandé un sondage : « Souhaitez-vous que les Francs-Comtois soient consultés par référendum sur le projet de fusion avec la Bourgogne ? »  Le résultat est « oui »,  à une écrasante majorité. 

 

Le sondage a été réalisé par la société Opinion Way, à la demande du Mouvement Franche-Comté. 403 personnes ont été interrogées, via internet, entre le 17 et le 19 novembre. 75 % d’entre elles sont favorables à un référendum.

Le chiffre est sensiblement plus élevé chez :

-Les 18-34 ans (85%)

-Les habitants du Territoire de Belfort (88%)

-les habitants des villes de plus de 20 000 personnes (81%)

-Les employés (80%)

-Les proches de l’UMP (84%)

Mais, dans toutes les catégories interrogées, le chiffre est supérieur à 50 %.

Pour Jean-Philippe Allenbach, qui avait appelé à manifester contre la fusion en mai, ces résultats « semblent imposer une réunion extraordinaire du Conseil régional. » « La balle est maintenant dans le camp du  conseil régional dont ceux des membres qui ne cessent d’avoir la démocratie participative à la bouche trouveront certainement là une occasion de mettre leurs actes en conformité avec leur parole. »

 

Qui ne veut pas entendre parler de référendum ?

Le gouvernement en premier lieu. Il faut dire que l’histoire du référendum sur les organisations territoriales n’encourage pas à l’optimiste. L’issue en est très exceptionnellement favorable. Et cela aussi bien dans les consultations nationales que locales.

François Patriat, président de la région Bourgogne, s’est toujours déclaré, lui aussi, hostile au principe d’une consultation.

Et la présidente de la région Franche-Comté ?

Sur le fond, Marie-Guite Dufay n’était pas contre l’idée. En tout cas, au tout début du processus, il y a maintenant près de 8 mois. Mais le calendrier, avec des élections régionales prévues pour la fin 2015, rend l’exercice difficile.

Contrairement à son homologue bourguignon, la présidente de région s’est lancée dans une opération de consultation (de communication, diront ses opposants) pendant ces derniers mois. D’après le Conseil Régional, entre les journées citoyennes, les réunions publiques, le forum internet, la consultation du CESER, 1500 Francs-Comtois se sont exprimées sur la question.

**********

Ceci nous montre que les recents problemes ne sont PAS un conflit entre les alsaciens germaniques et les francais romans.

Non, c’est un conflit entre un etat hyper-centraliste, de tendance totalitaire et intolerant (PARIS) contre des regions cherchant a defendre leurs identites, cultures et en ayant marre qu’une grande partie de leur impots servent uniquement Paris tandis que des trains sont supprimes sur leur propre terre “par manque de moyen”.

Tous les francais de dialecte roman luttant contre le Jacobinisme sont bienvenus en Alsace-Moselle.

Et dans ma petition internationale, je plaiderais pour QUE toutes les regions mecontentes aient un droit de veto.

Si le peuple de Franche-Comptee veut cultiver ses particularite, j’EXIGE que le gouvernement prenne cela en compte en annulant cette fusion ou en organisant un referendum local.

Conte de Noel

Das isch e Wihnachtsgeschicht, de uf Hochdäitsch, Fronzesch un Englisch geschrieb wor isch.

C’est un conte de Noel écrit en Allemand, Français et Anglais.

This is a Christmas tale written in German, French and English (respectively).

‘s passiert im Mittelalter in Lothringen, miena liewe Heimat.

Cela ce déroule en Lorraine, ma terre natale bien aimée.

It takes place in Lorraine, my beloved homeland.

Bild

Seid Still Kinner, denn es beginnt nun.

Soyez silencieux les enfants parce que ça commence juste maintenant.

Be still children for it begins right now.

Bild

Das Zwielicht war schon lang vorüber, als Friedrich das Schloss von Lemberg verliess.

Le crépuscule était déjà longtemps passé lorsque Frédéric quitta le château de Lemberg.

The twilight had been already long over as Frederic left the Castle of Lemberg.

Er wurde wirklich entzückt, nachdem er die majestätische winterliche Landschaft sah.
Il fut vraiment ravi après avoir vue le majestueux paysage hivernal.

He was truly delighted after he saw the majestic wintery landscape.

Der Schnee, der ständig vom Himmel herabfiel, wirbelte um ihn herum.

La neige qui tombait constamment du ciel tourbillonnait autour de lui.

The snow which constantly fell from the sky was swirling around him.

Herr Ludwig war mit seinen Verhandlungen mit dem Graf von Toul am meisten zufrieden gewesen.

Le seigneur Louis était majoritairement satisfait de ses négociations avec le comte de Toul.

Lord Lewis had been mostly satisfied by the result of his negotiations with the count of Toul.

Letztendlich hatte er akzeptiert, seine beeindruckende Armee als Hilfe zu senden, um den Gruppen von Ganoven entgegenzutreten, die die isolierten Dörfer der Vosgesen plünderten.

Il avait finalement accepte d’envoyer son imposante armée pour aider a contrer les bandes de brigands qui pillaient les villages isolés des Vosges.
At the end of the day he had accepted to send his imposing army as a help for countering the groups of outlaws which were plundering isolated villages of the Vosges.

Das war keine leichte Aufgabe gewesen und Friedrich hatte den Willen des Bischofs von Metz erwähnen müssen, der die größte religiöse Autorität im ganzen Lothringen war, um dies hinzubekommen.

Ce n’était point une tache facile et Frédéric a dû mentionner l’évêque de Metz, qui était la plus grande autorité religieuse dans toute la Lorraine, pour obtenir ceci.

This had been no easy task and Frederic had to mention the will of the bishop of Metz, the greatest religious authority in the whole Lorraine, to finally obtain this.

Er wusste, dass mit regelmäßig durch die Gegend patrouillierenden Soldaten die Räuber und Diebe sich es gut überlegen würden, bevor sie ihre feigen Missetaten wiederholen würden.

Il savait qu’avec les soldats qui patrouilleront régulièrement dans la région, les pilleurs et voleurs réfléchiront a deux fois avant de répéter les même méfaits couards.

He knew that with regular soldiers patrolling around the land, the robbers and thieves would think twice before repeating their coward misdeeds.

Er kehrte nun nach Schorbach zurück, wo seine liebe Mathilde vor einem guten Holzfeuer auf ihn wartete.

Il retournait a Schorbach ou sa bien-aimée Mathilde l’attendait devant un bon feu de bois.

He was now heading back to Schorbach where his beloved Mathilde was waiting for him in front of a good wood fire.

Er war ungeduldig, endlich anzukommen und sie wiederzusehen, denn er war während eines ganzen Monats abwesend gewesen.

Il était impatient d’arriver enfin et de la revoir car il avait été absent durant un mois entier.
He was impatient to arrive at last and see her again for he had been absent during an entire month.

Sie werden freudevoll das Kommen des Erretters der ganzen Schöpfung zu dieser Welt zelebrieren.

Il celebreront plein de joie la venue dans ce monde du Sauveur de la creation entiere.

They would joyfully celebrate the coming of the Savior of the whole creation into the world.

Er konnte sich nicht die Freude vorstellen, ihren Schoss zu streicheln, wo ihr Kind hauste.

Il ne pouvait pas s’imaginer sa joie de câliner son ventre ou leur enfant habitait.

He could not imagine the joy to embrace her and to stroke her womb where their child was dwelling.

Wenn sie mit einem Mädchen gesegnet wären, würden sie sie Bertrude nennen. Wenn sie mit einem Knaben gesegnet wären, würden sie ihn Lothar nennen, nach dem großen König, der Lothringen gegründet hatte, das nachher “Lorraine” genannt worden war.

Si ils étaient bénis avec une fille, il l’appelleraient Bertrude. Si il étaient bénis avec un garçon, il l’appelleraient Lothaire, d’après le grand roi qui fondit la Lotharingie qui fut après appelée la Lorraine.

If they were blessed with a girl, they would call her Bertthrude. If they were blessed with a boy, they would call him Lothar, after the great king who founded Lotharingie which was later called “Lorraine”.

Der rote Himmel war so hell, dass sogar der dunkle Wald von Nadelbäumen, durch den er ging beleuchtet war.

Le ciel rouge était si clair qu’il pouvait même voir le sombre bois de conifères a travers lequel il marchait.

The red sky was so bright that it even illuminated the dark forest of conifers he was going through.

Bild

Er schritt mit einer konstanten Geschwindigkeit, als er die Höhle des Christkinds sah und sich entschloss, für eine Minute an diesem Ort zu verweilen.

Il marchait avec une allure constante lorsqu’il vit la grotte de l’enfant Jesus et décida d’y faire une halte pour une minute.

He was walking at a constant pace as he saw the cave of the Christ child and decided to halt for a minute at this place.

Er beugte sich nieder vor der Statue der gesegneten Jungfrau Maria, die den Säugling Jesus auf ihren Armen trug.

Il se mit a genoux devant la statue de la bénie vierge Marie qui portait le bébé Jésus dans ces bras.

He bowed down before the statue of the blessed virgin Mary holding the baby Jesus in her arms.

Er schauderte,  als er Schritte hörte, die sich ihm näherten.

Il sursauta lorsqu’il entendit des pas s’approcher.

He shuddered as he heard footsteps closing in on him.

Er hatte kaum die Zeit, sein Schwert aus seiner Scheide herauszuholen, bevor er die unbekannte Bedrohung ins Auge schauen musste.

Il eut a peine le temps de sortir son épée de son étui avant de faire face a la menace inconnue.

He had barely the time to take the sword out of his sheath before facing the unknown threat.

Das Blut in seinen Adern gefror, als er das Gesicht von Arnold erkannte, dem Chef der Verbrecherbande von Räubern, die hilflose Dörfer im Bitscherland plünderte.

Son sang gela lorsqu’il reconnut le visage d’Arnaud, le chef de la bande de brigands qui pillaient les villages sans défenses du Bitscherland.

His blood ran cold as he recognized the face of Arnold, the chief of the gang of robbers plundering helpless villages in the Bitscherland.

Er war von zwei seiner Untertanen umgegeben, die so aussahen, als ob sie genauso furchterregende Krieger wären.

Il était entoure par deux de ces acolytes qui semblaient également être des guerriers redoutables.

He was surrounded by two of his underlings who seemed to be formidable warriors in their own rights.

“Hast du dein Ziel erreicht, du Versager? Diese Nacht wirst du deine Seele deinem Verdammten Heiland zurückgeben!” rief er mit einer bösartigen Stimme.

“Est-ce que tu as atteint ton but, perdant? Cette nuit tu rendras ton âme a ton putain de sauveur!” cria t-il avec une voie malicieuse.

“Have you reached your goal, loser? This night you will give back your soul to your damned savior!” he shouted in a malicious voice.

Traurig über die Tatsache, dass sein Kind vaterlos wachsen würde, betete er für seine kleine Familie, bevor er sein Schwert schwang.

Abattu a la pensée que son fils grandira son père, il pria pour sa petite famille avant de manier son épée.
Sad because of the the fact that his child would grow without a father, he prayed for his small family before swinging his blade.

Er konnte seinen Augen nicht glauben, als er Arnold und die zwei Diebe sah, die ihre Waffen auf den Boden warfen, und dann weinten.

Il ne put croire ses yeux, lorsqu’il vit Arnaud et les deux brigands qui jetèrent leurs armes sur le sol avant d’éclater en sanglot.
He could not believe his eyes as he saw Arnold and the two thieves dropping their weapons before weeping.

“Herr vergib uns!” schrien sie mit der selben Stimme.
“Seigneur, pardonne nous” ils crièrent avec la même voix.

“Lord, forgive us!” they screamed in the same voice.

Er konnte der Versuchung nicht widerstehen, sich umzudrehen.

Il ne put résister la tentation de tourner son dos.
He could not withstand the temptation to turn his back.

Er wurde von dem entzückt, was er sah.

Il fut ravis par ce qu’il vit.

He was ravished by what he saw. 

Die Statue der lächelnden Jungfrau war von zahllosen Glühwürmchen umgegeben.

La statue de la vierge souriante était entourée par un très grand nombre de lucioles.

The statue of the smiling virgin was surrounded by countless glowworms.

Er wusste, dass es kein blosser Zufall war.

Il savait que ce n’était pas une pure coïncidence.

He knew this was not a mere coincidence.

Der Weihnachtsgeist war hier und hatte diesen Ort und ihre Herzen erobert.

L’esprit de noël était ici et avait conquis ces lieux et leurs cœurs.

The spirit of Christmas was here and had conquered this place and their hearts.

Bild